Recherche par critères

Les belles maisons à louer de l'Île de Ré

L'assurance du locataire

Tout est assez simple jusque-là mais n’oublions pas que nous sommes en France et que ce qui est simple au départ peut devenir rapidement assez compliqué ! En effet, si vous posez simplement la question à votre assureur « que faut-il faire ? », il vous répondra tout aussi simplement : « ce n’est pas compliqué : vous demandez à chaque locataire de produire une attestation de type extension villégiature qui est très souvent une des garanties incluse dans l’assurance multirisque habitation du locataire. Cette clause permet à l’assurance multirisque habitation du locataire de fonctionner pendant ses vacances dans votre maison ».

En effet, cette extension permet d’assurer votre locataire contre les dégâts potentiels qu’il pourrait causer à votre logement (dégâts des eaux, vols, incendies …) ou à vos voisins durant le séjour (responsabilité du locataire à l’égard des voisins) en transférant certaines garanties (dont la responsabilité civile) de l'habitation principale du locataire vers votre maison louée sur l’Île de Ré.

Sur le principe, cette extension villégiature est la solution idéale… Néanmoins, ce n’est pas non plus la « cour des miracles » pour au moins 3 raisons :

  1. vos meubles (et en particulier le canapé en lin dont je parlais au début) ne seront couverts que si le dommage a pour origine un événement précis c’est-à-dire un incendie ou un dégât des eaux. En revanche, la tâche grasse de chocolat (que le petit enfant tout mignon aurait laissé en mangeant son pain au chocolat sur le canapé) ne sera pas prise en charge par l’assurance.
  2. malgré ce qu’en pensent certains assureurs, demander une attestation d’assurance (et vérifier sa validité à chaque location) n’est pas forcément très apprécié de quelques locataires qui comprennent mal que le logement doit être assuré par eux-mêmes et non par le propriétaire. Cela est d’autant plus vrai que la location est luxueuse.
  3. enfin, si vous avez par exemple des locataires russes ou chinois (ce qui risque de se produire de plus en plus) je vous laisse le soin d’expliquer, en anglais, pourquoi il faut, en France, produire une attestation d’extension villégiature et je vous laisse le soin – si tant est qu’ils arrivent à produire ce document – d’en vérifier sa validité.


Une autre solution consisterait à demander au locataire de souscrire une assurance spécifique pour le séjour de type « assurance vacances » qui pourrait alors inclure – entre autres - une garantie de type responsabilité civile pour les dommages matériels accidentels causés aux biens mobiliers (donc votre canapé en lin) se trouvant à l'intérieur de la location et aux biens immobiliers appartenant au propriétaire du logement loué. Cette garantie s’accompagne très souvent d’un plafond de remboursement et d’une franchise qu’il est préférable de vérifier. Enfin, cette assurance doit rester facultative et ne peut en aucun cas être imposée au locataire (ou être intégrée de facto et cachée dans le prix du loyer).